Microsoft ouvre le multijoueur Xbox One aux autres consoles et PC

Chris Charla, directeur de l’ID@Xbox, vient de déclarer que le multijoueur sur Xbox One va s’ouvrir aux « autres consoles et aux réseaux PC ». Chouette nouvelle.

Cross-Network Play

Nommé le cross-network play, les développeurs auront maintenant la possibilité d’ouvrir le Xbox Live à d’autres joueurs venant d’autres réseaux, PC ou Playstation Network – même s’il n’est pas cité directement (voir la citation). C’est un tournant relatif dans le monde du multi en ligne, étant donné qu’il était impossible de le faire aujourd’hui.

« This means players on Xbox One and Windows 10 using Xbox Live will be able to play with players on different online multiplayer networks – including other console and PC networks. »

J’essaye de trouver des points négatifs à ça, mais j’ai du mal à en trouver. Pour les FPS, j’ai peut-être peur que les joueurs PC (à la souris et au clavier) se voient jouer avec ou contre des joueurs à la manette, munis d’une assistance à la visée (et vice-versa). Je me demande bien ce que ça peut donner, mais j’imagine que les développeurs – vu que tout dépendra d’eux – trouveront des solutions pour rendre les parties en ligne équilibrées entre plates-formes. C’est une bonne chose, par contre, pour le nombre de joueurs – Star Wars: Battlefront, par exemple, est assez vide sur PC depuis quelques mois, à l’inverse de la PS4 et de la Xbox One qui comptabilisent pas mal de monde (suffit de jeter un oeil aux stats). Si DICE décide d’utiliser le cross-network play pour ce jeu, ça ne fera qu’augmenter le nombre de personnes en ligne, ce qui n’est pas plus mal. J’espère aussi que les joueurs consoles ne se mangeront pas trop de hackers en ligne, même si ça ne me regarde pas trop vu que je n’ai qu’une Wii U à la maison. A la rigueur pas trop de risques sur Mario Kart ou Captain Toad.

Microsoft joue la proximité, et c’est bien

Dans tout les cas, ça montre qu’encore une fois, Microsoft joue une stratégie de rapprochement, de proximité, et j’apprécie. En terme de ragots, Phil Spencer, le buisness executive d’Xbox – que j’apprécie surtout dans sa communication – a récemment démonté un mec sur Twitter qui était contre le fait que Quantum Break, ancienne exclu Xbox One, allait aussi sortir sur PC. Il avait annulé sa pré-réservation du jeu en allant se plaindre à Spencer sur Twitter :

Je trouve ça intéressant. C’est une prise de position directe, devant tout le monde. Je trouve l’image sympa. Ce mec est malin, et même si tout ses tweets sont sûrement préparés à la lettre, il ne diffuse qu’une chose : de la bonne ambiance. C’est ce qu’on veut, après tout, réunir les joueurs, peu importe la plate-forme. Et j’ai le sentiment que ce cross-network va vraiment marquer un tournant dans le multi-joueur, même s’il risque de provoquer une explosion nucléaire pour certains, ceux qui défendent leur bastion depuis un bail. M’enfin bref, on arrêtera pas comme ça une guerre des consoles qui dure depuis 40 ans.

windows10-xbox

A côté de l’Universal Windows Platform (rendre une application mobile à travers toutes leurs plates-formes, tablettes, PC, etc…), Microsoft ne fait pas que des trucs bien. Ils essayent de mettre en valeur leur Store pour Windows 10, défiant Steam (bonne chance), avec notamment Rise Of The Tomb Raider ou Gears Of War Ultimate Edition. C’est bien pour eux, mais c’est mauvais pour nous. Contrairement à Steam, la plate-forme est vraiment fermée : pas de support 4K ni SLI, pas de capture d’écran in-game, pas de configurations possible comme choisir le répertoire de destination des jeux… Sans parler du design, qui ressemble trop à un store d’applications mobiles. Bref, suffit de lire les commentaires sous GoW:UE pour comprendre à quel point ça n’a pas plu aux joueurs PC. Quoi qu’il en soit, Microsoft ouvre grand ses bras, et en tant que joueur, je trouve ça bien.