Inside – Test PC

Inside, développé par Playdead, est un jeu vidéo indépendant de plates-forme et de réflexion. Il est sorti sur PC le 7 juillet 2016. Faisant suite à l’excellent Limbo, paru en 2010, Inside n’est pas développé avec le même moteur graphique, mais sous Unity.

Parlons Esthétique

C’est un très bon point d’Inside : la direction artistique est tout simplement magnifique. Comme Limbo – avec qui il a beaucoup de points communs – le jeu est peu coloré. Limbo était totalement en noir et blanc, Inside utilise plutôt dans une palette de bleus, agrémentée de touches de couleur par-ci par-là.  Le déplacement du personnage se fait uniquement sur un plan. Le style est un peu plus réaliste, sans cet effet « d’ombre chinoise » que comportait Limbo.

limbo okogami 1
Limbo
Inside
Inside

 

 

L’atmosphère créée est pressurisante, angoissante. Des chapes de brumes volent en arrière-plan, il pleut continuellement, et nous évoluons dans un environnement triste, désolé, dans des usines vidées et abandonnées. On sentirait presque l’humidité de la nuit nous coller à la peau…

Le gameplay

Le joueur incarne un jeune garçon vêtu de rouge. Petit détail mais pas des moindres, après plusieurs heures sur Limbo, les couleurs – même faibles – sautent aux yeux. Et comme son prédécesseur, on se retrouve seul dans les bois, de toute évidence traqué… par d’autres humains. Il faut donc, dès le début, trouver tous les moyens possibles pour fuir, sans avoir connaissance du danger, sans connaître le but, sans idée du qui, du pourquoi, du comment. La présence d’humains provoque une forte impression de solitude, un sentiment paradoxal car nous sommes de fait encore plus isolés, forcés de se cacher des autres. En cas d’échec, c’est la mort assurée. Les déplacements du personnage sont particulièrement naturels et fluides, que ce soit dans les mouvement de tête ou lors des chutes, par exemple.

Se cacher pour survivre...
Se cacher pour survivre…

On trouve rapidement ses marques, et les énigmes sont relativement simples, il ne s’agit pas ici de se creuser la tête pendant des heures pour pouvoir avancer, contrairement à Limbo. Ces dernières sont cependant assez variées, et non sans surprise. La difficulté est juste comme il faut : pas trop élevée (au point de jeter sa souris de rage et de laisser tomber), mais tout de même assez relevée pour que le challenge soit là.

Une histoire à dormir debout

L’histoire sera finie, il faut bien le dire, assez rapidement : à peine 3 ou 4h de jeu en tout. On aurait aimé une narration un peu plus longue, et nous sommes restés sur notre faim un fois arrivés au dénouement. On attend le défilement du générique pour être vraiment certain que le jeu est terminé.  Cette fin abrupte, qui arrive bien trop vite, laisse un fort sentiment de frustration, ce qui est la fois maladroit et réussi de la part des créateurs. Hors de question ici, bien sur, de dévoiler quoi que ce soit. De toute façon, il est difficile d’être certain d’avoir tout compris, ou en tout cas, d’avoir compris dans le bon sens.  Le pari est alors réussi, en un sens : nous sommes forcés de penser au jeu une fois terminé, de se triturer le cerveau, de repenser aux scènes, de faire des recherches pour comprendre.  Un enfant livré à lui-même, dans une société dystopique où certains êtres humains contrôlent les autres, la masse… Inside est une métaphore à peine voilée de notre société actuelle, et les théories sur son dénouement sont nombreuses.

En tout cas, pour son prix, Inside est un excellent jeu : un gameplay simple, une direction artistique très intéressante, un scénario recherché. On vous laisse le plaisir de l’acheter et de le découvrir. En bref, on recommande !

Inside – Test PC
4 (80%) 1 vote